Myths of Messines: The ‘Lost Mines’

How was it that in 1955 a massive mine charge blew up in a Belgian field? When nineteen mines were detonated along a six mile front at the opening of the Battle of Messines on 7 June 1917, six more huge explosive charges totalling over 80 tons were left to lie dormant and forgotten deep beneath the battlefield. For decades, until the records in the British archives were examined, the number of ‘lost’ mines and their location remained unknown.[1]

Q 2325

Troops on the rim of one of the Messines mine craters, probably Peckham, shortly after the battle. (Imperial War Museum Q 2325)

Abandoned: the Birdcage Mines

The charge that went off was in fact one of four, planted close together on the far southern flank of the attack front. Laid with great effort by miners of 171st Tunnelling Company, they were at the end of two 700 feet long tunnels beneath a German salient known as the Birdcage which jutted towards the British lines. The charges of 20,000, 26,000, 32,000 and 34,000lbs, laid at between 65 and 80 feet depth, were designed to utterly destroy the Birdcage. Laid in the spring of 1916, they were intended for an the attack on the Messines Ridge originally projected to take place in June.  But this attack, already scaled back after the German assault at Verdun, was postponed when the decision was taken in July to continue the Somme attack. The Battle of Messines was not to take place for another year.

GE Birdcage offensive schemes3crop2

The cluster of four Birdcage mines on a British plan. The German trenches are red, British galleries green, British front line black, over a modern aerial photograph. To the north are the Factory Farm and Trench 122 mines which were fired in the battle. (WO153/909 The National Archives /GoogleEarth)

When the new attack was ordered for June 1917, the four mines were not required but were kept in readiness. The 3rd Canadian Tunnelling Company had taken over the mines from 171st, and Lieutenant B C Hall was immediately ordered to inspect the Birdcage galleries to ascertain whether the mines could be blown in case of counterattack.  Exhausted after the successful detonation of two mines nearby, he found the shaft damaged but was able to climb to the bottom. He found the detonator leads to be intact but, looking down the gallery, he could see that the timber props had all splintered in the middle, giving it the appearance of an hourglass or letter ‘X’. He was just able to squeeze through by crawling along the lower portion of the X, recalling that:

The going was very slow, extremely hard work and it was stiflingly hot.

He reached a point 400 feet beneath no man’s land, where the tunnel branched, but could go no further and with difficulty managed to turn around.[2] Two weeks later, the War Diary of the 3rd Canadian Tunnelling Company reported that the tunnels were being kept dry by pumping and baling but that the charges were not likely to be used.[3]

E01513

Tunnellers excavate a dugout in the Ypres Salient. The mine galleries were much smaller than this. (Australian War Memorial E01513)

How Lost were the ‘Lost’ Mines?

Two other mines were laid for the Battle of Messines but were ‘lost’ when it proved impossible to maintain access to them, owing to German activity and the extremely difficult geological conditions.  The secret of the Messines mines was that they were laid in clay, known as ‘blue clay’, or a mixture of sand and clay, known as Paniselien or ‘bastard’ clay, which were impermeable to water. The thick bands of clay around 70 to 150 feet below ground are the cause of the high water table and waterlogged sands in Flanders. If a shaft could be sunk through the wet sand into the clay, then dry tunnels could be dug, but sinking a shaft required both great experience and special steel caissons or tubbing to keep out the tremendous pressures. Once a horizontal gallery was begun in the dry clay, there was still a danger of the clay membrane above breaking and the whole gallery flooding with a sudden inrush of sand and water.

Geological Work-004crop2contrCrop

The central of the nineteen Messines mines in the geological section shows how they were laid in the Paniselien or ‘bastard’ clay, close to the running sand and above the deeper blue clay.

Lost through enemy action: the La Petite Douve mine

The shaft for a gallery aimed at a German position in the ruins of La Petite Douve Farm was started by the 3rd Canadian Tunnelling Company in March 1916. It was taken over by 171st Tunnelling Company who with much difficulty managed to sink it to 80 feet depth and drove a gallery 865 feet beneath the ruins. In mid-July they charged it with 50,000 pounds of explosives, then ran a branch tunnel to the left to prepare a second charge chamber. The Germans were suspicious and sank two shafts to search for the British tunnels but lined them with timber not steel, through which the water constantly forced its way in. On 24 August the British heard the Germans working so close to their branch gallery that they seemed about to break in. To have fired a charge to destroy the German working would probably also have detonated their main charge, and so 171st laid a small charge sufficiently large to rupture the clay membrane which would flood the workings with water and sand but leave their main charge intact. They could hear the Germans clearly, laughing and talking, and on 26th detected them breaking into the chamber where they had laid the smaller charge. The British immediately detonated it, killing nine Germans underground and sending a large cloud of grey smoke up the shaft in the German positions. The main British charge was undamaged and 171st laid a 1,000 pound charge in the branch gallery ready to blow again. However, the Inspector of Mines at GHQ was concerned that this would escalate underground warfare in the sector and lead to the loss of the main charge.  The Germans did retaliate with a heavy charge two days later which smashed 400 feet of the main British gallery and killed four men engaged in repairs. It also cut off access to the 50,000 pound charge but, as it was clear to the British that further activity was pointless, 171st was forced to abandon the gallery and the mine became ‘lost’.

GE Petit Douve offensive schemesCorrCrop2

La Petit Douve mine on a British plan, top left. The German trenches and the farm ruins are red and the British galleries in dashed green, over a modern aerial photograph which shows the location of the rebuilt farm slightly to the north. (WO153/909 The National Archives /GoogleEarth)

Lost to quick sand: the Peckham branch mine

The liquid wet sand was also particularly troublesome at a drive towards a position at Peckham  Farm to the south. When the clay was exposed to the air it swelled with such force that it splintered the usual supports, necessitating the use of 7″ x 7″ timbers. After driving a gallery, started in December 1915, 1,145 feet beneath the farm the British laid a charge of 87,000 pounds, then attempted to drive branch galleries to a second objective but twice had to abandoned them, the Tunnellers escaping with their lives from the rapid inrush of water and sand. The third attempt appeared more successful until the ground again gave way. Eventually however, a 20,000 pound charge was laid by creating several small chambers. When the electric pumps broke down, access to the large and small charges was lost and the gallery had to be re-dug for 1,000 feet, with steel joists now replacing the wooden timbers, until eventually in March 1917 connection was again gained with the larger charge. The smaller charge however was judged to be too difficult to regain and was abandoned.

GE Peckham offensive schemes3corr

The Peckham mine crater and the ‘lost’ mine to the northeast. The German trenches and farm ruins are red and the British galleries in green, over a modern aerial photograph which shows the location of he rebuilt farm on top of the unexploded mine. (WO153/909 The National Archives /GoogleEarth)

How Dangerous are the ‘Lost’ Mines?

The Messines charges were carefully waterproofed by packing the explosives in tins covered in tarred canvas. The detonators were sealed in bottles and the leads protected by rubberised canvas hoses inside coiled steel. It was perhaps this armoured hose running up to the surface that carried the electrical current to the detonators of one of the Birdcages charges 65 feet below ground, from a lightning strike nearly forty years after it was laid.  It caused the detonation of the easternmost of the four mines but thankfully the only casualties were cows, an electricity pylon and some roadway. The other three Birdcage mines still lie nearby beneath the former battlefield. After the war La Petite Douve Farm was rebuilt about 100 yards to the north of the location of the old farm, still uncomfortably close to the abandoned 50,000 pound mine. The farm close to Peckham mine was rebuilt 100 yards to the northeast, exactly over the location of the ‘lost’ 20,000 pound mine.

H15258

The location of this warning sign is not known but it may have been placed over the Birdcage mines after the Battle of Messines. (Australian War Memorial H15258)

See below for the notes to this article.


British and German mine systems at La Boisselle. (c) GoogleEarth and Simon Jones

The Story of the Lochnagar Mine


Join me on a battlefield tour with The Cultural Experience:

Tunnellers 12th – 15th June 2020

Walking the Somme 29th May – 1st June 2020

Medics & Padres 30th July – 2nd August

Walking Ypres Autumn 2021


sawyer-spence

Understanding Chemical Warfare in the First World War


Notes

[1] Sources used for this article may be found in my book Underground Warfare 1914-1918 (Barnsley 2010).

[2] B. C. Hall, Round the World in Ninety Years, (Lincoln, 1981), p. 66.

[3] War Diary 3rd Canadian Tunnelling Company, 22/6/1917, Library and Archives Canada [accessed 30 April 2017].

Detail from geological section of Second Army Offensive Mines 7/6/1917 from The Work of the Royal Engineers in the European War, 1914-19. Work in the field under the Engineer-in-Chief, B.E.F., Geological Work on the Western Front, (Institution of Royal Engineers, Chatham, 1922)


Times 08061917 LG claims to hear Messines minesCrop

Myths of Messines: ‘The Big Bang Heard in Downing Street’


More articles on the Home page.


Underground Warfare

Buy a signed copy of my book direct from me.

Advertisements

1917 Practice Tunnels on Salisbury Plain

These tunnels from the First World War have only recently been uncovered. Constructed close to Larkhill Camp, they are part of a large number of trench networks created on Salisbury Plain for troop training during 1914-1918. Almost every camp had a system of practice trenches aiming to replicate what would be found at the front. entrances crop DSCN2925

In April 2017 I was lucky enough to be invited to view the last parts of the tunnels found before they were covered to make way for a housing development. My thanks go to archaeologists  Martin Brown and Si Cleggett.

timbering DSCN2918

The galleries are low in height and comparatively shallow, no more than 25 feet beneath the surface, reminiscent of those dug at the front early in the war in 1915.

Peter Doyle via Twitter ez04lSEW

(Photo © Peter Doyle)

They do not appear to be the work of professional miners and were probably dug either by an Engineer Field Company or Infantry Pioneers.  It is probable they were being developed into dugouts.

soot and timber crop DSCN2930

The tunnelled galleries were cut with a flat headed pick or mattock and feature an unconventional form of timbering with just one vertical prop and the other end of the sill slotted into the chalk wall. Soot from a candle can be seen on the wall to the right.

flags crop DSCN2946

Tiny Union flags drawn on the wall a hundred years ago were easily missed.

Wilts names crop DSCN2931

Four men of the 3/4th Battalion Wiltshire Regiment left their names on 13th October 1917. At least one of them, Oswald Thomas Gardiner Rhodes, served overseas and survived the war.

plans DSCN2969

The site has been laser surveyed and compared to a 1917 trench map. What was found had clearly been developed beyond that shown in the map as successive units extended the trenches and tunnels.

CLE crop DSCN2967

The artefacts bear witness both to training activity and the daily lives of soldiers spending several days at a time in the trenches. Here can be seen a British Long Lee Enfield rifle, commonly used for training and possibly damaged by shellfire.

grenade DSCN2968

A broken practice grenade. Finds included both live and inert grenades.

cigs crop DSCN2965

Tins which contained Craven A cigarettes and Coral Flake tobacco. The trenches were believed to have been filled in soon after the First World War and contained much detritus including cigarette and ration tins.

8th R Berks Sutton Veny 26 Div 1915cropRes

8th Royal Berkshire Regiment training at Sutton Veny, 1915 (Photo © Simon Jones).

Research into Salisbury Plain during 1914-1918 and discoveries such as this are changing the understanding of its importance in preparing soldiers for battle. By 1916, training was highly realistic, incorporating the latest tactics.  In particular, Major-General Monash’s 3rd Australian Division trained here August to November 1916 making use of the opportunity for highly realistic training in conjunction with artillery and aircraft. The proximity of gunnery and aviation schools facilitated co-operation with the infantry to develop the ‘all-arms’ battle which became a highly effective feature of British fighting methods in 1918.

Vote for this excavation as Current Archaeology Rescue Project of the Year. 

Article in Current Archaeology.


Somme Duds crop2018 Battlefield Tours


H15258

The Lost Mines: how many unexploded mines remain beneath the Messines ridge battlefield?


British and German mine systems at La Boisselle. (c) GoogleEarth and Simon Jones

The Lochnagar Mine


joe-cox-and-tom-hodgettsres

Shirebrook Miners in the Tunnelling Companies


Myths of Messines: ‘The Big Bang Heard in Downing Street’

When nineteen underground mines were detonated at the opening of the Battle of Messines south of Ypres in Belgium, at 3.10 a.m. on 7 June 1917, the sound is frequently said to have been heard in 10 Downing Street by the Prime Minister, David Lloyd George.[1]  There is evidence that the earth tremor caused by the explosion of around one million pounds of explosives was felt at a great distance.  Charles Barrois, a geologist in Lille, 12 miles away, later told his Australian counterpart, Sir Edgworth David, that the effect was such that people rushed from their houses thinking that there was an earthquake.[2] Tremors were detected by seismographs near Utrecht, at 130 miles distance, and on the Isle of Wight, 180 miles away.[3]

02-caterpillar-crater-hill-60

The Caterpillar Crater, the result of 70,000 pounds of explosives laid 100 feet beneath the German lines. It is one of the 19 Messines mines detonated at 3.10am on 7th June 1917.

The claim that the mines were heard in Downing Street appears to have originated as a report in The Times the following day which stated that Lloyd George heard them at his home at Walton Heath in Surrey. This was 140 miles from the mines and, by coincidence, the same distance as Downing Street. The Prime Minister was said to have given orders to be called at 3 a.m. and with others had ‘heard clearly the tremendous shock’.  The report further stated that at the same time ‘persons in the neighbourhood of the premier’s official residence in London also heard what they judged to be heavy guns across the Channel’.[4]

Times 08061917 LG claims to hear Messines mines

The Times, 8 June 1917.

The science journal Nature repeated the claim that the Prime Minister had heard the explosions but, a fortnight later, printed a correction after receiving information from two Royal Engineer officers who had witnessed the detonations. One, a mile away from the mines, described the noise as ‘not so very great’, while the other, eight miles away, ‘saw the flash, waited for the noise, and heard only a slight “phit.”‘[5]

Other observers left accounts which enable a clearer idea to be gained of what might have been heard in England, if it was not the sound of the mines. Another Royal Engineer officer, a Tunneller Brian Frayling, observing from Kemmel Hill two miles away, described the tremor as ‘a violent shaking of the ground’ with a distinct interval before columns of flame rose.[6]  The Tunnelling officer Hugh Kerr ‘saw the whole area leap into the air – a never to be forgotten sight.’ But he expressed the view that to have heard the mines in London was ‘bunkum or wishful thinking!’ and ‘due to lively imagination’. It was the guns, he said, which had made the sound: ‘What about the barrage! That was a noise!’[7]

Eyewitnesses describe a sequence of three events: a powerful earth tremor from the mines, flames streaking into the air, and then the artillery opening fire.  For the first time in an attack, the detonation of the mines was used by the gunners as the signal for the opening of the British barrage and, within a few seconds, more than 2,000 guns opened fire. Only in describing the guns do the eyewitnesses describe a noise.  An artillery officer, Ralph Hamilton, watching the detonation of the Hill 60 and Caterpillar mines, experienced the tremor, the flames and then the guns:

First, there was a double shock that shook the earth here 15,000 yards away like a gigantic earthquake. I was nearly flung off my feet. Then an immense wall of fire that seemed to go half-way up to heaven. The whole country was lit with a red light like in a photographic dark-room. At the same moment all the guns spoke and the battle began on this part of the line. The noise surpasses even the Somme; it is terrific, magnificent, overwhelming. [8]

DSCF6990 noiseCrop

The Daily Telegraph, 5 June 1917.

There is much evidence that gun fire from the Western Front was audible in England during the First World War, including in the days before the Messines attack was launched. The Daily Telegraph reported that one of their staff had heard it clearly, in a southeast London suburb at 2am of 4 June, resembling ‘the distant thudding of a steam-launch’s engines on the river upon a calm day’, punctuated by heavier sounds thought to be large howitzers which caused a ‘slight rattling of ill-fitting villa windows’.  In other parts of London, ‘from Hounslow to Highgate’, gunfire was plainly heard.[9]

If Lloyd George heard something at Walton Heath therefore, it seems more likely that it was the synchronised firing of more than 2,000 guns.

See below for references.


Join me on a battlefield tour with The Cultural Experience:

Tunnellers 12th – 15th June 2020

Walking the Somme 29th May – 1st June 2020

Medics & Padres 30th July – 2nd August 2020

Walking Ypres Autumn 2021


 

Hausler miner 9June1917

Myths of Messines: Did the Messines Mines Really Kill 10,000 Germans?


H15258

Myths of Messines: The ‘Lost Mines’


Lone Tree Cem CWGC

Myths of Messines: Killed by their own mine?


Underground Warfare

Buy a signed copy of Underground Warfare 1914-1918 at a reduced price


Notes to ‘The Big Bang Heard in Downing Street’:

[1] The internet, passim.

[2] Tunnellers’ Old Comrades Association Bulletin, No.  1, 1926, pp. 11-12.

[3] Koninklijk Nederlandsch Meteorologisch Instituut, Seismische Registrierungen in De Bilt, Vol. 5, 1917 (Utrecht, 1920), p. 41; Nature, No. 2485, Vol. 99, 14/6/1917, p. 312.

[4] The Times, 8/6/1917.

[5] Nature, No. 2485, Vol. 99, 14/6/1917, p. 312; Nature, No. 2487, Vol. 99, 28/6/1917, p. 350.

[6] Brian Frayling, ‘Back to Front’ by B.E.F. TS memoir Brian Frayling, Royal Engineers Museum and Archives.

[7] H. R. Kerr, letter to Alexander Barrie 8/3/1962, Barrie Papers, RE Museum & Archives.

[8] Ralph G. Hamilton, The War Diary of the Master of Belhaven (London 1924), p. 304; see also the account ‘Messines’ by ‘Tunneller’, Tunnellers’ Old Comrades Association Bulletin, No. 5, 1930, p. 23.

[9] The Daily Telegraph, 5/6/1917.


Q3999 cropThe Story of the Lochnagar Mine


Who was Ivor Gurney’s ‘The Silent One’? The night attack by the 2/5th Glosters on 6-7 April 1917

Vincent Faupier19698175Res

© Vincent Faupier.

In Ivor Gurney’s poem about his experiences in the First World War ‘The Silent One’, the musician and poet describes a failed night time attack in which a non-commissioned officer is killed and left hanging on the uncut barbed wire. With the attack held up, Gurney is politely asked by an officer to try to get through a possible gap in the wire but, with equal politeness, he declines.

The poem has been described by his biographer as ‘this most truthful report from the battlefield’.[1] Although he was writing in the 1920s, the preciseness of the details suggest that Gurney was recalling an actual event.  In 2010, while I was guiding a group on a literature-themed tour of the Western Front, we visited the place where Gurney was wounded during an attack on the night of 6th – 7th April 1917 and we realised that this was clearly the event that Gurney was describing in ‘The Silent One’.[2]  It was one of many minor attacks made by the British as they pursued the German withdrawal from the Somme battlefield to the Hindenburg Line. Typically the Germans held positions for a few days, inflicting casualties with machine guns, before pulling back. The British attack had been planned for two days earlier only to be cancelled. Every such attack required soldiers to prepare themselves mentally for death or wounds and Gurney described his feelings to his friend Marion Scott:

           My state of mind is — fed up to the eyes; fear of not living to write music for England; no fear at all of death.

He hoped a ‘Nice Blighty’ would come soon, by which he meant a wound serious enough to require treatment in the UK.[3]  A fortnight after the attack had taken place, Gurney wrote again to Marion Scott, explaining that he was indeed ‘wounded: but not badly; perhaps not badly enough’ for he did not have a Blighty wound but was in hospital in Rouen.

           It was during an attack on Good Friday night that a bullet hit me and went clean through the right arm just underneath the shoulder…[4]

Guney Rouen May 1917 Gloucestershire Archives

Ivor Gurney in Rouen while recovering from the wound in his right arm received during the attack of 6- 7 April 1917. (The First World War Poetry Digital Archive, University of Oxford (www.oucs.ox.ac.uk/ww1lit); © The Ivor Gurney Archive, Gloucestershire Archives).

GBM-WO363-4-007407751-00204cropEnh

Part of Ivor Gurney’s service record showing the date of his wound on 7 April 1917, the abbreviation indicating ‘gunshot wound right arm’. (National Archives WO363 via Findmypast.com).

The attack was made by two battalions of Gurney’s Brigade. On the left was the 4th Battalion Oxfordshire and Buckinghamshire Light Infantry while on the right was Gurney’s battalion, the 2/5th Gloucestershire Regiment.  The Glosters (as they were known) attacked with two companies, Gurney’s B Company was on the left and C Company on the right. The 59th Division was also supposed to attack to the left of the Ox and Bucks.

GE street Vadancourt Cem Gurney3crop

The right of the position along which the 2/5th Glosters deployed for the attack on the night of 6th April 1917, about 1,000 yards from the German positions. Neither the farm nor the cemetery were there at the time. (GoogleEarth).

The Germans held trenches along high ground, protected in front by belts of barbed wire which were concealed from British observation by a depression. The speed of the German retreat left the British without maps of the German positions and this lack of information contributed to the failure of the attack.[5]  On the night of 6th, Good Friday, the attackers moved forward to a position about 1,000 yards from the German positions. The night was wet and very dark with no moon. Their orders were to deploy by 11pm and they will have lain down and waited for the British guns to open up.  Gurney’s B Company occupied a line about a third of a mile in width. 

TM 62c SE 2A 30011917crop3annotLabelscropArrow1

British Trench Map with the attack of 6th-7th April 1917 marked. This map, corrected to 30th January 1917, did not show the German trenches or wire; woods are also incorrectly plotted. (Map: McMaster University Creative Commons).

At midnight, the artillery began a forty-minute bombardment of the German positions, building to an intense fire for the final five minutes. The Brigade commander afterwards stated that the British shells fell short but there were no reports of any British casualties from this cause.  At 12.40am two companies from each of the two battalions rushed forward and the British guns advanced their targets by 100 yards every four minutes: this formed a ‘creeping barrage’ that the attackers were supposed to follow.

Lieutenant Brown, of the Ox and Bucks attacking to the left of Gurney’s Company, said that his men started ‘in quick time’; as they neared the German positions, they broke into a rush towards the wire and some were shouting. There were shouts heard also from the Germans and two or three were seen to climb out of their trenches and run away. But the attackers did not see the German wire until they were right on it: they found that the shelling had missed it, it was uncut, about ten yards deep and about five feet high.  The Germans at once targeted their wire with machine guns and grenades, in the darkness sparks flew where the bullets hit. Brown reported that his own light machine guns were unable to suppress the German fire; consulting with Gurney’s Glosters on his right, he found that they were also held up.

Gurney’s men too had found the wire uncut: Lieutenant Pakeman was reported in the Glosters’ War Diary to have:

rallied his men and made 3 efforts to get through, though himself wounded. He led his men up to the wire & cut a certain amount himself.

Pakeman was to be awarded the Military Cross for his part in the unsuccessful attack, the citation recording that:

He led his company in the most gallant manner and personally tried to cut gaps in the enemy’s wire. Later, although wounded, he remained at his post.

The War Diary also mentions that in C Company, Sergeant Davis ‘distinguished himself cutting a gap large enough for 5 men to get through. All of whom were killed.’ This man was Lance-Sergeant Frank Davis, awarded the Disguised Conduct Medal with the citation:

He led his platoon in the most gallant manner, and personally tried to cut a gap in the enemy’s wire. He was severely wounded.

GE street 11.50pm line towards German cem Gurney2

The area attacked by the Glosters. The German trenches were just beyond the crest line which is marked by trees on the right. The German wire was above and behind the area of trees in the middle ground (Cooker Quarry). The track is where the Glosters and Ox and Bucks withdrew before their second attempt to get through the wire. (GoogleEarth).

These attempts to get through the wire were fruitless and the two battalions withdrew to a partially sunken track to reorganise.[6] Brown again spoke to the commander of the Glosters’ B Company and they decided to make another attempt to get through the wire. Taking place at about 1.30am, this also failed and they withdrew to the track.  This withdrawal and failed second attempt is described by Gurney’s two final lines:

retreated and came on again,

Again retreated a second time, faced the screen.

Brown again conferred with the two Glosters company commanders and an officer of the 59th Division to his left: none had got through the wire and they decided to withdraw on the grounds that it appeared impossible.[7]

43849_3066_0-00665CropContr

2/5th Glosters War Diary entry for 7 April 1917. (National Archives, WO95/3066).

The 2/5th Glosters’ War Diary records that 15 men were killed from the battalion, and seven officers and 27 men wounded, including Lieutenant Pakeman. Six of the wounded were evacuated, one of whom will have been Gurney.[8]  The bodies of the dead, originally buried near to the German wire, were moved to Vadencourt British Cemetery in 1919.[9]

Vincent Faupier19698175Res

A German cemetery is now on the site of the German trenches attacked by the Glosters. This view looks back across the ground over which they advanced and shows the dead ground in front of the German positions which apparently prevented the artillery from bombarding the German wire. © Vincent Faupier.

The German resistance was part of a holding operation and when more British troops repeated the attack, on the night of the 8th – 9th April, the Germans were found to have withdrawn.  A study of this short battle suggests that Gurney’s recall of events was precise and accurate and that his capacity for intense self-examination provides valuable insights in respect of his admission of his refusal to attack and the way that this was apparently accepted by his superior officer. Such disobedience of an order in the face of the enemy could have resulted in Gurney receiving the death penalty. Instead, the incident appears to illustrate the circumstances whereby, in a heavily civilianised British army, officers preferred  to lead by example, rather than compelling their men to carry out a task that they themselves would not. It also suggests circumstances in which orders were a matter of negotiation where disobedience in certain situations would be accepted.

Two individuals are described in the poem. It is impossible definitely to identify the probable officer who unsuccessfully asks Gurney, with ‘the politest voice – a finicking accent’, whether he might find a way through but he may have been Lieutenant Pakeman, decorated for his part in the attack. In 1916, Sidney Arnold Pakeman was a history master at Marlborough College, having graduated from Sidney Sussex College, Cambridge. After the war he became Professor of History at the University of Ceylon and died in London in 1975.

It is possible to offer a more confident identification for the other soldier. The poet characterises him by his Buckinghamshire accent and his  non-commissioned officer’s stripes:

Silent One MS detail Gloucestershire Archives

The opening of ‘The Silent One’ from Gurney ‘Best Poems’ notebook. (The First World War Poetry Digital Archive, University of Oxford (www.oucs.ox.ac.uk/ww1lit); © The Ivor Gurney Archive, Gloucestershire Archives).

            The Silent One

Who died on the wires, and hung there, one of two  –

Who for his hours of life had chattered through

Infinite lovely chatter of Bucks accent:

Yet faced unbroken wires; stepped over, and went

A noble fool, faithful to his stripes  – and ended.

In April 1917 Gurney’s battalion still had a strong Gloucestershire identity and, of the fifteen killed in the attack, all but four were born or enlisted in the county or in Bristol.[10] None was strictly from Buckinghamshire but one, a corporal, was born in Long Marston, Hertfordshire, in an area closely enclosed on three sides by the boundary of Buckinghamshire. It was in the Bucks Herald newspaper that the parents of a dairy worker, Corporal James Chappin, placed two announcements on 26th April 1917:Bucks Herald April 28, 1917aCropEnh2cl

Bucks Herald April 28, 1917cropenh

The Bucks Herald, 26th April 1917 (via FindMyPast.co.uk).

DSCN3058cr

DSCN3059cr2

The grave of James Chappin in Vadancourt British Cemetery with the inscription chosen by his next of kin.

Text © Simon Jones.  See below for Notes.


Join me on a battlefield tour with The Cultural Experience:

Tunnellers 12th – 15th June 2020

Walking the Somme 29th May – 1st June 2020

Medics & Padres 30th July – 2nd August 2020

Walking Ypres Autumn 2021


Notes.

[1] Michael Hurd, The Ordeal of Ivor Gurney, (Oxford, 1984), p. 203.

[2] My thanks to Mrs. Joyce Kendell for pointing out the resemblance.

[3] R. K. R. Thornton (ed.), Ivor Gurney War Letters, (London, 1984), pp. 152.

[4] Letter postmarked 14/4/1917, Ivor Gurney War Letters, op. cit., p. 154.

[5] The latest map found is Sheet 62cS.E. Edition 2A Trenches, corrected to 30/1/1917. Later maps (2nd February 1918) shows a series of fire trenches on the crest and forward slope which, if German, would have been there on Good Friday 1917. The positions of small woods are shown incorrectly on the earlier maps.

[6] Brown discovered that the 59th Division on his left had not attacked and its troops were crowding into his sector. See note below.

[7] A report by 184th Brigade states that a third attempt was also held up before the withdrawal was made. ‘Report on attack on German trenches on night 6/7th April, 1917′; ‘Report on Operations carried out by 184th Infantry Brigade from the time of taking over from 183rd Infantry Brigade to the time of relief by 35th Division’; Lieutenant K. E. Brown, (commanding A Company, 4th Battalion Oxfordshire and Buckinghamshire Infantry) ‘Report on attack on German trenches on 6/7th April 1917′, War Diary GS 184 Infantry Brigade, National Archives WO95/3063.

[8] War Diary, 2/5 Battalion Gloucestershire Regiment, National Archives, WO95/3066.

[9] CWGC Burial Return via CWGC.org.

[10] Soldiers Died in the Great War, (HMSO, 1921) digitised version searched via Ancestry.co.uk.

Photograph of Ivor Gurney in uniform and detail of ‘The Silent One’ ms are from the First World War Poetry Digital Archive, accessed April 3, 2017, http://ww1lit.nsms.ox.ac.uk/ww1lit/collections/item/6942, http://ww1lit.nsms.ox.ac.uk/ww1lit/collections/item/6931.


John Nash Over the Top SimonJonesHistorian

‘It was in fact pure murder’: John Nash’s ‘Over the Top’


P1100978 WP433resEnh

Where and How did Edward Brittain Die?


Edward HarrisonEdward Harrison, who gave his life to protect against poison gas


Contact Simon Jones

 

Underground Warfare 1914-1918

I am able to offer signed copies of my book Underground Warfare 1914-1918 for £10 UK (including 2nd Class postage) or £14 Europe or £16 Rest of the World (including international standard postage). Contact me for payment details (PayPal preferred).

Underground Warfare

Reviewed by Dr Wayne Osborne for War History Online. Reviewed on The Great War Blog. Reviewed on Daly History Blog


Join me on a battlefield tour with The Cultural Experience:

Tunnellers 12th – 15th June 2020

Walking the Somme 29th May – 1st June 2020

Medics & Padres 30th July – 2nd August 2020

Walking Ypres Autumn 2021


H15258

Myths of Messines: The Lost Mines


Q 11718

Understanding the 1914 Christmas Truce


Q 49394

The Lochnagar Mine


La mine Lochnagar

Traduction par Fanette Pocentek-Leroy. English version here.

Le cratère de la mine Lochnagar, qui a explosé à 7h28 le 1er Juillet 1916, près du village de la Boisselle, est une des traces les mieux connues et les plus dramatiques du champ de bataille de la Somme. Un gouffre béant, résultat d’une explosion massive au commencement de la bataille. Cet article explique comment et pourquoi la mine Lochnagar a explosé, qui sont les hommes qui l’ont creusée, quel effet elle a eu sur les Allemands, et si oui ou non elle a soutenu l’attaque.

IWM Q3999

Le cratère de la mine Lochnagar © IWM Q3999

Les Glory Hole

La guerre souterraine a commencé dans le secteur de la Boisselle le jour de Noël 1914. Le but de faire exploser une mine sous une position ennemie était de détruire une partie des défenses, mais en général les tunnels étaient stoppés sous le no man’s land par des contre-mines. Quand les Britanniques ont repris le secteur aux troupes françaises, le no man’s land était criblé de galeries de mine souterraines et la surface se formait d’une foule de larges cratères, car les deux côtés combattaient pour détruire les galeries de l’opposant en faisant exploser des charges toujours plus importantes.[1]

RIR111 (c) R. Whitehead

La ligne de front du 11ème Régiment d’Infanterie de Réserve allemand au ‘Glory Hole’, appelé ‘Granathof Stellung’ par les Allemands, 1915-16. ‘Tr’ Représente les cratères de mine dans le no man’s land. © Ralph Whitehead

 La 179ème compagnie de Tunneliers des Royal Engineers, compagnie britannique spécialisée, arriva dans le secteur en Août 1915 et trouva une domination des Allemands, avec un réseau de tunnels plus profond et plus étendu. Il s’en suivit une lutte désespérée pour contrôler le terrain sous le no man’s land et le secteur devint si marqué par les cratères de mines que les troupes britanniques le nommèrent le ‘Glory Hole’. En Octobre, quand la 185ème Compagnie de Tunneliers fut envoyée pour travailler avec la 179ème, ils avaient creusé jusqu’à la nappe phréatique à environ 30 mètres, mais les Allemands étaient descendus encore plus profondément.[2]

British and German mine systems at La Boisselle. (c) GoogleEarth and Simon Jones

Les systèmes de mine allemand et britannique à la Boisselle. © GoogleEarth et Simon Jones

Ni les Français ni les Britanniques n’avaient réussi à creuser un tunnel sous la ligne de front ennemie, mais les Allemands y étaient parvenus à plusieurs reprises, détruisant tranchées et abris et enterrant vivants soldats l’infanterie et le génie. Les Allemands avaient pris l’ascendant sous le no man’s land du front de l’Ouest et la réponse britannique a été de former avec des mineurs expérimentés des Compagnies de Tunneliers spécialisées. Les officiers étaient surtout des ingénieurs des mines et la 185ème était commandée par le Capitaine Thomas Richardson qui, quelques mois plus tôt, avait la charge de construire des systèmes d’égout à Rio de Janeiro.

Thomas Richardson

Thomas Richardson, premier commandant de la 185ème Compagnie de Tunneliers.

La Genèse de la mine Lochnagar

Le  11 Novembre 1915, dans une nouvelle tentative pour atteindre les tranchées allemandes, Richardson commença un nouveau tunnel loin de tout travail de minage allemand connu. Pour masquer l’entrée à la vue des Allemands, il le commença 120 mètres derrière sa propre ligne de front, dans une tranchée de communication appelée Lochnagar Street, mais pour pouvoir atteindre les lignes allemandes, il devrait courir sur une distance de presque 300 mètres.

Pour masquer encore davantage les travaux et les protéger des tirs d’obus et mortiers, Richardson fit d’abord creuser un puits vertical de 9 mètres et excaver une chambre. A partir de là, il démarra ce qui fut décrit comme « une galerie d’attaque principale » à une pente raide de 45°. Pour enlever les débris, il creusa une autre galerie en pente douce partant de la chambre jusqu’à un point plus de 30 mètres derrière. A la fin du mois, la galerie d’attaque avait avancé de 35 mètres et si elle avait été maintenue à une pente de 45°, elle aurait atteint une profondeur de 33 mètres. Ils avaient aussi commencé une autre galerie à 14 mètres de profondeur, avançant horizontalement vers les lignes allemandes, qui avait atteint une longueur de 16 mètres. Les mineurs progressaient dans les tunnels de 5 mètres maximum par jour, mais la vitesse de travail posait problème à l’infanterie pour dégager les débris. Pour chaque 30 centimètres creusés, environ 48 sacs de débris devaient être dégagés et au début du mois de Décembre, ils posèrent des rails pour faciliter l’excavation.[3] Richardson démarra aussi une troisième galerie vers les lignes allemandes en bifurquant de la galerie d’attaque principale à 29 mètres de profondeur. Comme la galerie à 14 mètres, elle était plus horizontale qu’inclinée.

joe-cox-and-tom-hodgettsres

Joe Cox et Tom Hodgetts, mineurs de Shirebrook, Derbyshire, servant dans la 185ème Compagnie de Tunneliers, photographiés dans la Somme à Albert. Amis avant la guerre, seul Tom a survécu. © Duncan Hunting.

Aux niveaux les plus profonds, la craie était extrêmement dure et l’entrepreneur en ingénierie qui avait recruté les Compagnies de Tunneliers, John Norton-Griffiths, recommanda d’utiliser des piqueurs pneumatiques pour creuser les tunnels au niveau de la nappe phréatique, à entre 24 et 36 mètres de profondeur, pour attaquer les Allemands[4]. Richardson, cependant, n’utilisa pas de compresseur pour percer les tunnels Lochnagar mécaniquement, même s’il y en avait un installé dans le système bien plus étendu de Inch Street dans le Glory Hole. Des foreuses rotatives fonctionnant à l’air comprimé ne remportaient pas un franc succès et se bloquaient dans de petites poches de craie tendre,[5] alors que les perceuses à percussion pouvaient s’entendre de loin sous terre, prévenant l’ennemi de l’activité. Mais l’autre solution était aussi bruyante, puisqu’elle impliquait un grenaillage avec des explosifs placés dans des trous de 2,5cm percés à la main à la surface. La réverbération des détonations s’entendait clairement et était ressentie sur de longues distances sous terre, mais Richardson et ses opposants allemands avaient adopté le grenaillage comme seul moyen de progresser. Le Capitaine Henry Hance, qui commandait la 179ème Compagnie de Tunneliers, n’aimait pas cette méthode car il croyait qu’elle provoquerait l’ennemi et le préviendrait du travail des Britanniques, mais il n’avait pas d’autre choix que de l’adopter.

En janvier 1916, Richardson cessa le travail dans la galerie d’attaque principale, sans doute car elle était bien en dessous du niveau de l’eau et qu’elle nécessitait un pompage constant. Il poursuivit les galeries horizontales à 14 et 29 mètres et, comme le sol s’élevait vers les lignes allemandes, leurs profondeurs atteignirent lentement 15 et 30 mètres. Les raisons de Richardson de creuser des galeries à des niveaux différents ne sont pas très claires, mais elles lui permettaient d’écouter plus efficacement les contre-mines allemandes et lui permettaient aussi de masquer le bruit de la galerie la plus profonde avec un travail délibérément bruyant au niveau supérieur.[6]

Suspicions allemandes : le travail du silence

Le tas de débris des travaux du Lochnagar devint bientôt « une montagne colossale de craie blanche creusée dans les entrailles de la terre ».[7] Les Allemands pouvaient le voir sur des photographies aériennes et probablement aussi depuis leurs propres lignes, et commencèrent à le bombarder régulièrement. Tôt le 30 Janvier, les Allemands lancèrent un raid sur la ligne de front britannique au sud de la mine Lochnagar, capturant une douzaine d’hommes du Essex Regiment mais ils ne réussirent pas à atteindre l’entrée de la mine.[8] Ils eurent de la chance mais peu après, un désastre frappa le 185ème. Le 4 Février, alors que Richardson expérimentait un appareil d’écoute dans le système de Inch Street, les Allemands firent exploser une importante mine près d’une galerie britannique. Du méthane produit par l’explosion s’introduisit dans le système britannique et explosa, blessant grièvement Richardson et un autre officier. Le vide créé aspira du monoxyde de carbone, produit aussi par l’explosion, qui tua les deux officiers et seize mineurs.

Trois semaines plus tard, la 185ème Compagnie de Tunneliers fut envoyée sur un autre secteur au nord et la 179ème de Hance reprit ses travaux souterrains. A ce moment, la galerie Lochnagar supérieure était avancée sur 240 mètres, la galerie inférieure de 160 mètres. Hance stoppa le travail dans la galerie la plus profonde et continua seulement dans celle du dessus, qui était maintenant à moins de 60 mètres de la ligne de front allemande. Le danger d’être détecté était maintenant extrêmement présent. Ils arrêtaient souvent le travail pour écouter les bruits d’une contre-mine allemande, souvent pour de longues périodes, et le 8 mars, aucun son ne fut audible à l’oreille nue pendant 24 heures. A la fin de ce mois, la face du tunnel Lochnagar était à 43 mètres environ des Allemands et la 179ème devait essayer de travailler dans un silence complet pour que les Allemands ne les découvrent pas. Les bennes de débris poussées à la main étaient trop bruyantes, même si elles avaient des pneus en caoutchouc et couraient sur des rails en bois et, comme se souvient un des officiers, James Young, « à la fin, tout se faisait à la main ».[9] Le lieutenant Stanley Bullock décrit le sol comme de « la craie cassée », ce qui signifie qu’il était possible d’introduire une pointe de baïonnette dans les fissures à la surface, et Hance décrit les méthodes utilisées pour ne pas être entendus :

Tout se faisait en silence. Beaucoup de baïonnettes étaient montées sur des manches. L’opérateur insérait la pointe dans une fissure sur la « face », ou le long d’un silex, qu’on trouvait en grand nombre dans la craie, il la faisait tourner pour déloger un morceau de pierre de taille variable qu’il attrapait avec son autre main et posait sur le sol. Si, pour une raison ou une autre, il devait y mettre plus de force, un autre homme derrière lui attrapait la pierre dans sa chute. Les hommes travaillaient pieds nus, le sol de la galerie était tapissé de sacs de sable et un officier était toujours présent pour garder le silence. Quand les sacs se remplissaient, ils étaient passés le long de la ligne d’hommes assis sur le sol, et empilés contre le mur, près à être utilisés plus tard pour tasser.[10]

H M Hance

Henry M. Hance, commandant de la 179ème Compagnie de Tunneliers, photographié avant la guerre. © Mr J. Bennett et Simon Jones

Pour ventiler le long conduit, ils utilisaient de grands soufflets de forgeron connectés à un tuyau qui courait jusqu’à la surface de travail, mais l’air était quand même si pauvre que les bougies ne brûlaient qu’à l’endroit précis où l’air sortait du tuyau.[11] Ils réduisirent la taille de la galerie à environ 1,40m de haut sur 60 cm de large, réduisant l’excavation, mais les conditions étaient encore plus inconfortables. Hance se souvient :

Le travail était extrêmement laborieux, et si nous avancions de 45cm en 24 heures, nous pensions avoir bien travaillé.[12]

En fait, l’avancée moyenne pendant le mois de Mars tomba à 30cm par jour.[13]

Dans le système de Inch Street, les galeries des deux côtés étaient tellement proches sous le no man’s land qu’une irruption, décrite par Bullock comme « une des choses que nous redoutions », était attendue quotidiennement et finit par se produire le 10 Avril 1916.[14] Le capitaine Wilfred Creswick, en charge des travaux de Inch Street et de Lochnagar, entra dans une galerie ennemie mais les Allemands firent sauter une mine toute prête et il fut tué, avec deux autres mineurs travaillant à côté, et leurs corps ne furent jamais retrouvés. Creswick fut remplacé en tant que Commandant de Section par James Young, un dirigeant de houillère de Kilmarnock. Il devait être en charge de terminer, charger et faire exploser la mine Lochnagar. Le lendemain, les Allemands lancèrent une attaque sur la ligne de front au-dessus de la mine Lochnagar pour la seconde fois, capturant 29 soldats d’infanterie britanniques mais, encore une fois, ils n’allèrent pas jusqu’à l’entrée du tunnel. Le jour de l’attaque, Hance fut envoyé pour un congé prolongé dans un centre de repos à Marseille pour des raisons qui n’ont pas été précisées mais sans doute à cause de la fatigue, et il ne revint que le 7 juin. Jusque là, la 179ème fut sous le commandement du second, le capitaine Gilbert Rowan, un directeur de houillère de Fife. Ce fut une période de préparation cruciale pour l’offensive de la Somme.

Gilbert Rowan (c) Fiona Middlemiss

Gilbert Rowan, qui commanda la 179ème Compagnie de Tunneliers pendant une grande partie de la préparation de la Bataille de la Somme. © Fiona Middlemiss

Le tunnel Lochnagar était dirigé vers une position allemande appelée Schwabenhöhe, à partir de laquelle les Allemands avaient un large champ de tir contre les attaquants britanniques qui traversaient une zone appelée Sausage Valley. Hance décrit un objectif en trois parties :

(1) détruire la tranchée ennemie et renverser sa mitrailleuse à cet endroit, où sa tranchée forme un saillent proéminent (2) détruire son système souterrain quel qu’il soit (3) tuer les troupes qui pourraient être à l’abri sous terre pendant notre bombardement. [15]

A la mi-Avril, la 179ème divisa le tunnel pour viser deux points de la ligne de front allemande, avec l’intention de placer deux mines, à 75 mètres de distance, mais alors que les branches avançaient lentement, ils commencèrent à entendre les bruits des Allemands au-dessus, creusant en descendant de leur propre ligne de front. Les opérations de minage allemandes étaient menées par les troupes de Württemberg de la 1ère Compagnie de Réserve des 13ème Pionniers, commandés par le Lieutenant Sihler. Il devait suspecter une activité britannique car en Avril, alors qu’il avait commencé deux galeries d’écoute souterraine depuis Schwabenhöhe, le 22 on rapporta que des bruits avaient été entendus devant la partie sud et il commença trois tunnels de plus pour essayer de localiser la source. A la fin du mois, les deux plus proches des Britanniques étaient à environ 40 mètres mais, même si le plus au sud fut légèrement dévié vers le tunnel britannique, ils continuèrent tout droit, suggérant que Sihler n’avait pas trouvé sa localisation. A la mi-juin, les deux galeries de Sihler les plus proches du tunnel Lochnagar étaient descendues à 27 et 26 mètres, presque deux fois plus profond que les Britanniques.[16] « Jerry était très proche et en-dessous de nous » se souvient Young et, alors qu’ils travaillaient silencieusement dans le tunnel Lochnagar, les mineurs britanniques pouvaient entendre clairement les Allemands à l’oreille nue, dans une galerie descendant de leur ligne de front, « marchant lourdement dans leur pente » et aussi clairement au-dessus dans les abris.[17] Mais les bruits ne s’approchèrent pas plus. Sihler savait qu’ils étaient quelque part, mais pas où exactement.

L’approche de l’attaque sur la Somme

Pendant les mois d’Avril et Mai, Rowan a dû faire face à l’augmentation des demandes pour ses hommes, à l’approche de l’offensive sur la Somme. La 179ème était engagée sur une deuxième importante galerie de mine sur le flanc gauche du village de la Boisselle, dirigée vers une position allemande appelée Sape Y, qui devait être encore plus longue que le tunnel Lochnagar. Rowan avait aussi reçu l’ordre de creuser une série de tunnels peu profonds à travers le no man’s land, appelés ‘Sapes Russes’, non seulement à la Boisselle mais à l’opposé à Ovillers et au Nord à Thiepval, prévus pour des positions de mortier ou de mitrailleuse et pour permettre l’envoi de renfort quand la ligne de front allemande serait prise. L’un d’eux, appelé Kerriemuir, fut commencé en Avril à environ 120 mètres à gauche de la mine Lochnagar. Rowan avait dû retirer un quart de son effectif du système de tunnels du Glory Hole pour travailler sur les Sapes Russes et la détonation de mines au Glory Hole fut stoppée sauf en cas d’absolue nécessité.[18] Hugh Kerr, chargé du tunnel de la Sape Y, rend hommage aux hommes de la 179ème :

Les hommes faisaient un travail acharné – on n’a jamais vu des travailleurs pareils. Ils ont tout donné. Nous avions plus de 900 gaillards à la fois, environ 600 ou 700 soldats rattachés pour soulever les sacs de sable hors de là. [19]

Le 15 Mai, Rowan assista à une réunion au quartier général du IIIème Corps, où l’attaque à venir fut expliquée. Dix jours plus tard, il souffrit d’un retour d’un ulcère gastrique. Ce n’est que mi-Juin, quand le commandant de la 4ème Armée, le Général Rawlinson, donna les ordres pour l’attaque que le reste de la 179ème fut tout à fait informée. La pression du travail était aussi un indicateur pour les hommes et pendant la fin du mois de Mai et Juin, certains mineurs passèrent du statut de « tunnelier », payé 6 shillings par jour, à celui de « second tunnelier », payé 2 shillings et 2 pence, pour « inefficacité » ou « paresse », un coup important pour la fierté d’un mineur qui pouvait gagner bien plus chez lui. Le 19 Juin, un sergent déserta mais il lui fut ensuite permis de rejoindre les rangs.

La mine de la Sape Y atteignit son objectif sous la position allemande, aux dépends du travail silencieux, mais la progression au Lochnagar était si lente que le temps vint à manquer. Quand l’ordre d’opération de la 4ème Armée fut envoyé le 14 Juin, aucune des deux branches du Lochnagar n’avait atteint la ligne allemande, toutes les deux trop courtes d’au moins 30 mètres. Hance stoppa l’avancée des deux tunnels et commença à creuser les chambres pour contenir les explosifs. Pour compenser, il devrait « surcharger » les mines avec bien plus d’explosifs que nécessaire pour former simplement un cratère, pour envoyer un maximum de débris sur les tranchées allemandes : plutôt que de faire sauter les défenseurs, ils les enterreraient vivants. La surcharge permettrait aussi de former de hautes lèvres avec les débris comme barrière contre les tirs allemands sur les flancs, en particulier venant du village de la Boisselle à travers le no man’s land, et pour créer une hauteur depuis laquelle les attaquants pourraient observer et tirer sur les lignes allemandes. Mais il fallait pour cela que les attaquants atteignent les hautes lèvres avant les Allemands et les expériences précédentes avaient montré que les Allemands étaient plus rapides que les Britanniques pour prendre les bords des cratères, même pris par surprises.

Le plan de la 34ème Division pour prendre la zone lourdement fortifiée de la Boisselle reposait sur une attaque convergente qui envelopperait le village. Plutôt que d’aider cette attaque, les mines risquaient de la déranger, car l’infanterie devrait en attaquant passer d’un côté ou de l’autre des mines Lochnagar et de la Sape Y, laissant des espaces vides dans l’avancée. Le bataillon qui avait sur sa gauche la mine Lochnagar, les 10ème Lincoln (Grimsby Chums), devait retarder son avancée à cause de la nécessité de se retirer de leur ligne de front face au danger d’effondrement des tranchées et des retombées de débris. Le no man’s land était plus large à droite de la mine et cela signifiait qu’ils devaient traverser un espace encore plus grand. Quand le commandant de la brigade qui devait mener l’attaque à cet endroit (Brigadier-Général R.C. Gore, 101ème Brigade d’infanterie) briefa les officiers de son bataillon sur l’opération à venir, l’un d’eux, le Lieutenant-Colonel Urmiston, 15ème Royal Scots, objecta que la mine allait retarder l’avancée et laisser ses hommes vulnérables face aux tirs de mitrailleuses venant de la gauche quand les mitrailleurs allemands pourraient se concentrer entièrement sur son bataillon. Il proposa de changer de place avec les Lincoln, plus près de la mine, et d’affronter le risque des débris, si cela signifiait que toutes les unités pourraient avancer en même temps. Selon Urmiston, son offre fut refusée par le commandant de brigade qui se sentait incapable de modifier les décisions déjà prises par le haut commandement.[20]

L’heure de détonation des mines le 1er juillet 1916 devint controversée quand celle de Beaumont-Hamel sauta 10 minutes avant l’heure Zéro.[21] Cette erreur fatale donna non seulement aux Allemands un parfait avertissement de l’imminence de l’attaque mais elle bouleversa aussi l’heure cruciale pour la levée des barrages dans tout le secteur, enlevant à l’infanterie la protection de leurs propres armes pour que les troupes puissent essayer de prendre le cratère avant l’attaque principale. Cette proposition ne fut pas faite pour la Boisselle, où initialement la mine Lochnagar devait sauter une minute avant Zéro et la mine de la Sape Y à l’heure Zéro. En quelques jours, les ordres furent modifiés pour que Lochnagar saute deux minutes avant Zéro, puis que les deux mines sautent à cette heure.[22] Cette décision a sans doute été prise par précaution pour que les attaquants ne soient pas blessés par les retombées de débris et le danger d’un léger retard dans la détonation des mines. Deux minutes étaient en fait plus que convenables pour que les débris retombent mais cela demandait une coordination précise de la mise à feu de la mine et de l’avancée de l’infanterie. L’infanterie était impatiente de traverser le no man’s land dès que le barrage avancerait sur la ligne de défenses suivante, avant que les Allemands ne puissent ouvrir le feu, mais l’officier des mines dans les tranchées devait faire sauter la mine avec précision pour se synchroniser avec le barrage d’artillerie et l’attaque de l’infanterie. La décision sur l’heure n’aurait pas été celle de Hance même s’il a pu être consulté et s’il avait eu une opinion. Il avait reçu la Military Cross pour avoir chargé et fait sauté une mine le 15 Juin 1915 à Givenchy, qui avait tué un officier canadien et enterré d’autres attaquants. Quant à Lochnagar, elle fut surchargée parce qu’elle n’avait pas atteint la ligne allemande et la détonation eut lieu aussi deux minutes avant Zéro.[23]

Aerial PhotographRes

Photographie aérienne avec les mines allemande et britannique au sud du Glory Hole avant l’heure Zéro le 1er Juillet 1916.

Charger la mine

Quand Hance calcula la quantité d’explosifs nécessaires au Lochnagar et à la Sape Y, il n’avait jamais entendu parlé de quelqu’un d’autre ayant provoqué des explosions aussi importantes. Il allait placer 18,1 tonnes à la Sape Y et deux charges de 13,6 tonnes au Lochnagar. La branche gauche au Lochnagar était à peu près à 90° de la tranchée allemande, alors que la branche droite, plus longue, s’approchait à environ 45°. Il divisa donc les charges de manière inégale, mettant 10,9 tonnes du côté gauche et 16,3 tonnes dans la branche plus longue à droite. Les deux chambres n’étaient pas assez grandes pour les charges qui déborderaient dans les galeries jusqu’à la jonction et les charges formeraient un seul cratère massif. Les 27,2 tonnes combinées donneraient alors à la 179ème Compagnie de Tunneliers le record de la plus grosse mine détonnée par les Britanniques.[24] Au même moment, la 179ème ferait sauter deux charges de camouflet de 3,65 tonnes dans le système Inch Street pour détruire les galeries allemandes, portant à 52,6 tonnes le poids total devant être transporté sur la ligne de front et dans les tunnels.

Depuis le 5 Juin, la 179ème savait que l’attaque serait précédée de cinq jours de préparation d’artillerie et d’attaques au gaz, pendant lesquelles les tranchées devaient être aussi vides que possible. En plus du danger des tirs d’obus britanniques trop courts, les Allemands allaient sûrement répondre avec un contre-bombardement et il fallait terminer de charger les mines avant, même si la date n’avait pas encore été annoncée. Bullock décrit comment les explosifs pour la mine Lochnagar et les deux camouflets ont été amenés de nuit, dans des chariots tirés par des chevaux jusqu’à un château juste derrière les lignes à Bécourt, qui abritait aussi une unité médicale et le quartier général de la Brigade :

A la grande angoisse du commandant de Brigade, qui avait sûrement des raisons d’avoir peur puisque, si cela venait à exploser, ce qui était fort probable puisque les Allemands bombardaient fréquemment cet endroit, lui et son équipe et le poste de secours seraient tous envoyés tout là-haut.[25]

Chaque nuit pendant environ une semaine, des détachements d’infanterie transportaient plus de 1500 boites, chacune contenant 23 kilos d’ammonal, jusqu’à l’entrée des mines :

Moi ou un autre des Officiers Tunneliers devions toujours aller à la rencontre de ces détachements pour voir si le travail était accompli correctement et en même temps pour les guider à travers les tranchées. Comme on peut l’imaginer, ce n’était pas une tâche particulièrement appréciée par ceux concernés car, non seulement c’était un travail très pénible, parce que les tranchées à ce moment étaient humides et grasses, mais transporter des explosifs avec la probabilité d’obus vous tombant dessus n’était pas un travail particulièrement attirant non plus. Quand l’infanterie a eu fait ce travail pendant deux ou trois nuits, l’impression générale parmi eux était que nous rassemblions assez d’explosif pour faire sauter les Fritz jusqu’à Berlin.[26]

Les boites faisaient environ 30cm² et, selon l’un des Grimsby Chums, chaque homme d’infanterie devait en porter deux :

… nous transportions l’ammonal jusqu’à l’entrée d’un puits de mine, dans des boites en bois carrées, chacune contenant 23 kilos, deux attachées ensemble avec de fins morceaux de bois qui servaient de poignées. La première nuit nous étions dans une tranchée derrière le château, attendant l’ordre de s’éloigner, quand nous avons été surpris par une pluies de 5.9 et la quasi-débandade qui a suivi. Heureusement, ceux de devant se sont éloignés rapidement, et ceux de derrière n’ont pas perdu de temps à suivre. Les boites ont été transportées en un temps record ![27]

Pendant la journée, ils transvasaient l’ammonal dans des sacs en toile caoutchoutés pour le garder au sec pendant les deux semaines où il resterait dans la chambre. Chaque sac contenait environ 13,5 kilos et pour les charges du Lochnagar ils en remplirent 2000. Un tunnelier décrit le transvasement comme :

Un travail dangereux et déplaisant, la poussière d’ammonal tâchant tout ce qui entrait à son contact, dont les bras et les visages, un jaune violent et persistant.[28]

La charge de Lochnagar a été démarrée par le Capitaine James Young et le Lieutenant Ralph Fox et ils pensaient pouvoir faire la moitié du travail avant d’être relevés au bout de 48 heures. Ils n’utilisèrent pas les chariots à roue de peur d’alerter les Allemands et la quantité d’hommes nécessaire dévora bientôt tout l’oxygène disponible dans le tunnel exigu de 275 mètres. Quand Bullock et le sous-lieutenant Alexander McKay ont repris la place, ils n’ont trouvé qu’environ vingt sacs chargés. Plutôt que d’essayer de porter les sacs en bas du tunnel, ils ont organisé une chaine humaine sur toute la longueur, tandis que les officiers allaient chacun leur tour mettre en place les sacs dans les chambres et dans les branches de la galerie :

Nous avions décidé de nous occuper de ça le plus vite possible et nous avons chacun pris des tours de huit heure à la paroi avec des aller-retours réguliers dans le tunnel pour que l’infanterie continue de passer les sacs de l’un à l’autre à pleine vitesse. On ne pouvait y arriver qu’en espaçant les hommes d’1,80 mètres, réduisant ainsi la distance de portage pour chaque homme.[29]

Q115 IWM Collections

Sur cette photographie mise en scène, un officier tunnelier montre un appareil d’écoute géophone pendant que les mineurs semblent tasser une charge de mine. En réalité, le géophone était trop sensible pour être utilisé quand les hommes travaillaient à proximité. © IWM Q115

Pendant tout ce temps, ils avaient conscience des Allemands au-dessus et en-dessous mais, tant qu’ils pouvaient les entendre, ils savaient qu’ils n’allaient pas sauter. L’habitude des Allemands était d’arrêter le travail entre minuit et 7h : c’était dans cette période de silence que le risque de sauter était le plus grand, mais la 179ème ne pouvait pas arrêter le travail. A 7h, ils avaient chargé environ 400 sacs et attendaient avec anxiété que les Allemands reprennent. A la place, il n’y eut que le silence que Bullock trouva menaçant et terrifiant :

Nous pensions tous que les Boches devaient avoir compris ce que nous étions en train de faire, et nous nous attendions presque à ce que tout saute d’une minute à l’autre, la seule consolation étant que nous ne saurions pas ce qu’il s’était passé.[30]

Finalement, après une heure, les Allemands reprirent le travail comme d’habitude. Bullock ne comprit jamais la raison de ce retard. Plus tard ce matin-là, ils avaient chargé la moitié des explosifs et les détonateurs et les câbles étaient prêts à être placés dans les charges. Les deux charges de Lochnagar nécessitaient douze détonateurs, connectés en série, chacun inséré dans un apprêt en nitrocellulose, placés dans des sacs d’explosifs et enterrés régulièrement dans la charge, avec en plus un système complet de secours de douze autres détonateurs au cas où le premier échouerait. C’était la partie la plus dangereuse du travail, menée par les officiers dans les chambres, entourés de centaines de sacs d’explosifs. Bullock et McKay avaient inséré tous les détonateurs, connecté les câbles et chargé les deux chambres aux trois-quarts quand Young vint cet après-midi-là pour les relever. Il pensait vérifier que les détonateurs étaient correctement placés et que les câbles étaient bien connectés mais Bullock et McKay avaient travaillé bien plus vite qu’il ne s’y attendait – on peut sentir de la rivalité entre les équipes et les officiers – et Young n’eut pas d’autre choix que d’informer Hance que tout était en ordre. Le matin suivant, ils avaient terminé de charger et commencé à remblayer, ou tasser, le tunnel. Ils avaient stocké des centaines de sacs de craie le long de la galerie en prévision et les utilisèrent pour bloquer solidement le tunnel sur une centaine de mètres depuis l’embranchement.

Heure Zéro

Le 23 Juin, la 4ème Armée donna l’ordre de commencer le bombardement le jour suivant, amenant le jour Zéro au 29. Dans l’après-midi du 28 Juin, six officiers détachés par Hance pour faire sauter les quatre mines allèrent au quartier général de la 34ème Division pour recevoir leurs instructions pour l’attaque le jour suivant. La détonation de Lochnagar était à la charge de James Young et du sous-lieutenant Ralph Fox, Stanley Bullock et Alexander McKay devaient faire sauter les deux mines de Inch Street et la Sape Y serait mise à feu par le capitaine Hugh Kerr et le lieutenant Ralph Hawtrey. Ils apprirent que l’heure Zéro était fixée à 7h30 et qu’ils devaient faire sauter les quatre mines deux minutes avant. Ils réglèrent leurs montres ensemble au quartier général, qui avait été lui aussi synchronisé par d’autres soldats envoyés à chaque quartier général tout le long de la ligne d’attaque. A peine avaient-ils rejoint la ligne de front, après un long trajet à travers les tranchées encombrées de troupes se préparant à l’attaque, qu’ils reçurent l’ordre de revenir. L’heure Zéro avait été repoussée de deux jours, jusqu’au 1er juillet. Le mauvais temps avait empêché un bombardement précis des positions allemandes et des tirs plus longs étaient nécessaires.

Hawtrey, Young, Bullock 28 June 1916res

Ralph Hawtrey, James Young et Stanley Bullock, 179ème Compagnie de Tunneliers, à Albert le 28 Juin 1916, avant de partir pour la ligne de front pour le début de la Bataille de la Somme. Ralph Hawtrey fut tué au Bois des Fourcaux en Septembre. © Mrs A. Russell et Simon Jones.

Quand l’équipe de mise à feu s’avança pour la seconde fois, la riposte allemande avait commencé : les obus à shrapnells explosant dans les airs offraient « une des plus brillantes démonstrations de feux d’artifice » que Bullock eut jamais vue. [31]

Les câbles de mise à feu furent amenés jusqu’aux abris près de la ligne de front, où tôt le matin, les six officiers tunneliers étaient occupés à vérifier et revérifier les circuits de mise à feu en envoyant un faible courant à partir d’une batterie pour faire vibrer l’aiguille d’un galvanomètre. Même s’ils avaient utilisé des câbles doubles pour chaque mine, un bombardement soudain pouvait engendrer une cassure qu’il serait impossible de trouver et de réparer. Tous les efforts auraient été vains et les attaquants perdraient l’avantage que les mines promettaient. A 6h25, le bombardement britannique repris avec un regain d’intensité et de férocité.

Les hommes d’infanterie qui devaient attaquer près des deux mines avaient été prévenus de rester hors des abris instables, de faire attention aux retombées de débris et de s’attendre à des cratères de 140 mètres de diamètre. Une section entière de la ligne de front britannique qui débordait immédiatement sur la droite de l’endroit de l’explosion du Lochnagar fut évacuée par les 10ème Lincoln (Grimsby Chums) à cause du danger. Sur la gauche, chez les Tyneside Scottish quelqu’un dans la première vague cria à ses hommes cinq minutes avant Zéro : « MAINTENANT ! Accrochez-vous au parapet les gars, elle saute. »[32]

A l’opposé, principalement dans leurs abris et dans les caves de la Boisselle, les hommes de Baden du 110ème Régiment d’Infanterie de Réserve avaient enduré une semaine de souffrances à cause des explosions, de la soif et de la faim. Mais dans la plupart des cas, même si leurs tranchées étaient en ruine, les abris avaient tenu contre les obus britanniques et seulement au sud de Schwabenhöhe les lourds mortiers avaient provoqué des effondrements.

A 7h28, Stanley Bullock enfonça la poignée de son exploseur pour mettre à feu la première des mines de Inch Street. Après une très courte pause, il sentit le sol trembler sous ses pieds, quelques secondes plus tard une nouvelle secousse lui apprit que Young avait mis à feu Lochnagar avec succès :

Pendant l’attente qui s’ensuivit, avant que je ne sente la mine suivante exploser, il n’y eut aucune pensée pour les vies détruites et le matériel perdu quand des milliers de tonnes d’explosifs se sont volatilisés, seulement pour les ordres appliqués fidèlement. [33]

McKay a ensuite actionné son piston. Ils ne remarquèrent pas la Sape Y qui sautait mais Kerr la mit à feu avec succès. Sur le sol, les ondes de choc des mines furent bien plus ressenties qu’entendues, il n’y eut pas de détonation, que ce soit dans la Somme ou en Angleterre comme on le déclara bien plus tard,[34] mais 2500 mètres au-dessus du champ de bataille, les ondes acoustiques atteignirent un pilote qui avait été prévenu de rester loin de la Boisselle mais qui avait fait tourner sa machine pour observer les détonations de Lochnagar et de la Sape Y :

… la terre se souleva et éclata, une formidable et magnifique colonne s’éleva dans le ciel. Il y eut un grondement assourdissant, noyant tous les canons, jetant la machine de côté par les répercutions. La colonne de terre s’éleva, de plus en plus haut jusqu’à presque 1200 mètres. Là elle resta suspendue, ou sembla être suspendue, pour un moment dans les airs, comme la silhouette d’un grand cyprès, puis retomba en un cône de plus en plus large de débris et de poussière. Un instant après vint la seconde mine. A nouveau le grondement, la machine projetée, l’étrange silhouette désolée envahissant le ciel. Puis la poussière est retombée et nous avons pu voir les deux yeux blancs des cratères.[35]

© IWM (Art.IWM ART 2379)

‘The Great Mine, La Boisselle’, par William Orpen, 1917. © IWM (Art.IWM ART 2379)

Un officier du 3ème Tyneside Scottish, dans la seconde vague sur la gauche de la mine Lochnagar, était exalté :

… nous avons été témoins du spectacle le plus merveilleux. Une énorme colonne de craie a été envoyée à plusieurs centaines de mètres dans les airs et est retombée dans une belle cascade blanche.[36]

Un des Grimsby Chums a décrit ‘tout le sol autour ondulant et se balançant comme pendant un tremblement de terre’ et un autre, qui appuyait sa jambe contre la tranchée, a eu le membre cassé par l’onde de choc.[37] Ils ont senti le sol onduler trois fois et ils ont vu une couche de terre se soulever et dans son sein l’explosion d’un noyau ambré :

De gros blocs de terre, grands comme des wagons de charbon, furent soufflés vers le ciel pour foncer et rouler et puis commencer à fuser tout autour de nous. Un grand geyser de boue, de craie et de flamme s’était élevé et s’affaissait devant nos yeux.[38]

Un autre compare l’ondulation du sol au plateau d’une balance :

En regardant par-dessus le parapet, on pouvait voir un mur immense s’élever jusqu’à 90 mètres, composé de craie, de boue, de poussière, d’étais, etc… avec ici et là un Allemand.[39]

LEAD Technologies Inc. V1.01

Le cratère Lochnagar, peu après l’explosion, montrant la localisation des deux charges. Tiré de ‘the Work of the Royal Engineers in the European War, 1914-19’. Military Mining (Chatham, 1922).

La mine Lochnagar projeta jusqu’à 84 000 tonnes de terre et de craie et laissa un cratère de 67 mètres de diamètre et 17 mètres de profondeur.[40] Les débris enterrèrent 180 mètres de ligne de front allemande et l’infanterie de Baden dans les abris n’avait aucune chance : certains furent instantanément désintégrés, certains projetés dans les airs, écrasés ou mourraient lentement prisonniers 10 mètres sous terre. A la Sape Y, la mine détruisit complètement la position avancée allemande, laissant un cratère aux lèvres hautes de 40 mètres de large mais, ayant repéré les Britanniques qui creusaient sous eux, les Allemands s’étaient retirés de cette position avancée et ne subirent aucune perte.

Deux minutes après l’explosion des mines arriva l’heure Zéro. Alors que les canons britanniques levaient les tirs sur la ligne de front allemande pour une position plus en arrière, 4000 soldats britanniques lourdement chargés grimpèrent hors de leurs tranchées et commencèrent à marcher à travers les champs foisonnants du no man’s land, pendant que, derrière eux, 4000 autres déferlaient. Bientôt d’autres avanceraient, car le commandant de la 34ème Division avait déployé ses 12000 hommes d’infanterie tous ensemble contre la Boisselle.

A part autour de la mine Lochnagar et au sud de Schwabenhöhe, les profonds abris allemands avaient tenu face au bombardement britannique. Les explosions de mine et la levée du barrage britannique alerta les hommes d’infanterie de Baden sur l’imminence de l’attaque longtemps attendue. Les survivants émergèrent des abris avec des mitrailleuses et des fusils pour ouvrir le feu sur les rangs de soldats avançant en lignes ordonnées à travers les herbes hautes et balayant les pentes en colonnes. Deux minutes après leur départ, les premiers attaquants furent frappés par les tirs de mitrailleuses et de fusils allemands. Nombre des Grimsby Chums et du 11ème Suffolk furent touchés avant même d’avoir dépassé leur propre ligne de front, ayant été reculés pour éviter les débris de la mine Lochnagar. La vitesse d’avancée avait été minutieusement réglée pour rester derrière le barrage de défense britannique mais alors que les hommes de devant fléchissaient, les suivants les rattrapèrent et les hommes regroupés formaient des cibles parfaites. En dix minutes, quatre-vingt pour cent des bataillons de tête furent touchés. Les pertes subies par la 34ème Division à la Boisselle furent les pires de toutes pour le 1er Juillet 1916.[41] Urmiston avait raison sur sa prédiction d’un feu allemand important, mais il fut enduré par tous les bataillons à l’attaque. Cependant, la mine Lochnagar détruisit avec succès une partie de la ligne de front allemande. La destruction permit aux attaquant de pénétrer la ligne de front allemande et de la dépasser jusqu’à ce que, sous la contre-attaque, ils soient obligés de reculer jusqu’à la zone du cratère.[42] Dans son rapport sur la mine, Hance déclara que la mine avait été bénéfique pour les attaquants en causant « des pertes considérables » aux Allemands et que :

par la violence du choc sur sa garnison, et l’abri offert par les lèvres même du cratère, elle avait permis à notre infanterie à l’attaque d’atteindre ses tranchées ici, et de les dépasser dans un premier assaut, avec relativement peu de pertes. Les pertes ainsi subies avait dû être causées par un feu sur les flancs. L’infanterie devait aussi cette nuit-là s’installer dans le cratère, formant une position avancée devant nos tranchées de départ.[43]

Attack of 34th Division (Official History)

L’attaque de la 34ème Division le 1er Juillet 1916 (British Official History).

La Sape Russe Kerriemuir avait été prévue pour permettre le réapprovisionnement de la ligne de front capturée dans le cas de cette éventualité. La nuit avant Zéro, la 179ème était supposée avoir préparé le tunnel avec seulement 60cm de couverture laissée avant d’atteindre la surface, aux trois-quarts du no man’s land. Le travail final pour l’ouvrir juste après l’explosion des mines revint à la charge d’un peloton des 18ème Northumberland Fusiliers Pioneers sous le commandement du lieutenant John Nixon. Le soir du 30 Juin, cependant, Nixon fut choqué d’apprendre que ses hommes devraient creuser à travers 3,5 mètres de craie pour ouvrir le tunnel, une journée entière de travail. Ils commencèrent donc le travail à minuit et réussirent à ouvrir le tunnel Kerriemuir une heure avant Zéro, et il fut utilisé plus tard dans l’après-midi pour envoyer des hommes pour renforcer la ligne allemande capturée au Schwabenhöhe (il n’était pas, comme on le dira plus tard, relié au cratère de mine de Lochnagar).[44]

Q 49394

Un tumulus au fond du cratère Lochnagar, Septembre 1917. © IWM Q49394

Même si la mine Lochnagar a apporté de l’aide lors de l’attaque britannique, les pertes allemandes causées par l’explosion ont été l’objet de déclarations confuses et exagérées du côté britannique. L’inspecteur des mines du GQG, le brigadier-général R.N. Harvey, se rendit sur place une semaine après l’attaque et parla aux officiers de la 179ème qui étaient en service. Il décrira plus tard les effets que la mine Lochnagar avait eu, croyait-on, sur les Allemands :

Nous avons estimé avoir enseveli 9 abris profonds, chacun avec un officier et 35 hommes – car des prisonniers ont été pris dans l’abri suivant, ils étaient tous prêts à partir et l’officier a dit qu’il y avait 9 autres abris avec le même nombre d’occupants, soit 9 x 1 officier et 35 hommes – 9 officiers et 315 hommes. En résultat, nos troupes sont passées avec peu de pertes.[45]

L’histoire officielle britannique a attribué à tort la déclaration de Harvey à la mine de la Sape Y plutôt qu’au Lochnagar, mais ni l’estimation d’Harvey des pertes allemandes ni sa déclaration de pertes légères pour les attaquants ne sont appuyées par les preuves et il n’y a aucune archive d’une tentative britannique de mettre au jour des abris allemands effondrés ou détruits par la mine.[46] Les archives allemandes montrent qu’en aucun cas un nombre d’hommes tel que celui avancé par Harvey ne tenait la ligne de front désignée, qui faisait partie du secteur de la 5ème Compagnie du 110ème Régiment d’Infanterie de Réserve. Une analyse des rapports de pertes montre que cette compagnie a subi 109 pertes entre le 27 juin et le 3 juillet, dont 35 rapportés tués ou disparus (tués) le 1er juillet.[47] Il est donc possible que la garnison d’un abri allemand tout au plus ait été perdue suite à l’explosion de la mine Lochnagar.

La Boisselle tomba aux mains des Britanniques le 4 Juillet, mais James Young ne vit jamais le cratère de la mine Lochnagar avant d’être blessé le 8 Juillet. Il survécut à la guerre et mourut en 1949.

Après le remblayage dans les années 70 du cratère de la Sape Y, l’anglais Richard Dunning acheta le cratère pour assurer sa préservation, pour laquelle œuvrent aujourd’hui les Amis de Lochnagar.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le cratère Lochnagar aujourd’hui (Wikimedia Commons).


Contact me

Facebook

LinkedIn


[1] Les détails des progrès sur la mine Lochnagar viennent des Journaux de Marche des 185ème et 179ème Compagnies de Tunneliers, et des rapports des Journaux de Marches de la brigade et de la division, dans les Archives Nationales du Royaume-Uni.

[2] Des informations sur la guerre souterraine au Glory Hole sont disponibles ici : http://www.laboisselleproject.com/.

[3] [Ministère de la Guerre], Military Engineering Vol. IV Demolitions and Mining, (London, 1923), p. 143.

[4] 21/10/1915 Rapports de John Norton-Griffiths, Archives Nationales WO158/129

[5] J. Young, ‘Notes on 179 Company R.E.’, Tunnellers’ Old Comrades Association Bulletin, No. 13, (1938), pp. 70-72.

[6] Richardson préparait sans doute une « fougasse », avec laquelle les effets d’un ensevelissement des tranchées allemandes avec une masse de débris étaient accentués en faisant d’abord sauter une mine superficielle puis immédiatement après une charge plus profonde.

[7] J. W. Burrows, The Essex Regiment 9th, 10th, 11th, 13th & 15th Battalions, (Southend-on-Sea, n.d.), p. 149.

[8] 53 Brigade WD, Intelligence Report 23-24/1/16; Brigade Operations Report 30/1-5/2/16; R. Whitehead, The Other Side of the Wire, Vol. 1, (Solihull, 2010), pp. 354-357.

[9] Young, ‘Notes on 179 Company R.E.’, op. cit.

[10] H.M. Hance, lettre à J. E. Edmonds, Juin 1930, CAB45/134.

[11] Young, ‘Notes on 179 Company R.E.’, op. cit.

[12] Hance à Edmonds, op. cit.

[13] Plans de mine, 179ème et 185ème Compagnies de Tunneliers, Archives Nationales, WO153/904

[14] Bullock, ‘Exploits in the First World War’, op. cit.

[15] H.M. Hance, Weekly Mine Report, 5/7/16, 34 Division GS War Diary.

[16] Kriegstagebücher, Pionierbataillon Nr. 13, 1. Reserve-Kompanie M414 Bd. 251-260, Landesarchiv Baden-Württemberg Hauptstaatsarchiv Stuttgart.

[17] Young, ‘Notes on 179 Company R.E.’, op. cit.

[18] R.U.H. Buckland, ‘Experiences At Fourth Army Headquarters’, Royal Engineers Journal, 1927, p. 386.

[19] Transcription sur tapuscrit d’un entretien avec H.R. Kerr par A. Barrie, c. 1959, Barrie Papers, Royal Engineers Museum.

[20] A.G.B. Urmston, lettre à J. E. Edmonds, 11/6/1930, Archives Nationales, CAB45/191.

[21] S. Jones, Underground Warfare 1914-1918, (Barnsley, 2010), pp. 118-120.

[22] III Corps Operation Order No. 70, 20/6/1916 III Corps GS War Diary; 103 Infantry Brigade Operation Order No. 24, 21/6/16 103 Brigade GS War Diary; 101 Brigade Operation Order No. 34 23/6/16, 101 Brigade GS War Diary.

[23] 1st Brigade, Canadian Field Artillery War Diary; 1st Canadian Infantry Battalion War Diary; A. Fortescue Duguid, Official History of the Canadian Forces in the Great War 1914-1919, General Series Vol. I, (Ottawa, 1938), pp. 487-489.

[24] La mine la plus importante sur le front Ouest faisait 50 tonnes, mise à feu par les Allemands à Vauquois le 14 Mai 1916. La plus grosse mine britannique de toute la guerre pesait 43,2 tonnes, mine qui a explosé à St Eloi le 7 Juin 1917. Voir S. Jones, Underground Warfare 1914-1918, op. cit., pp. 63-64.

[25] Bullock, ‘Exploits in the First World War’, op. cit.

[26] Bullock, op. cit.

[27] Soldat non-identifié du 10ème Lincoln, cité par E. Swinton (ed.), Twenty Years After, Vol. 2, (London, n.d.), p.928.

[28] J.C. Neill (ed.), The New Zealand Tunnelling Company 1915-1919, (Auckland, 1922), p. 47.

[29] Bullock, op. cit.

[30] ibid.

[31] ibid.

[32] Soldat Elliot, 20/Northumberland Fusiliers (Tyneside Scottish), cité par G. Stewart & J. Sheen, Tyneside Scottish, (Barnsley, 1999), p. 97.

[33] S. C. Bullock, Address to Rotarians, (n.d.), tapuscrit inédit., avec l’aimable autorisation de Mrs. A. Russell.

[34] Il n’y a aucune preuve de personnes déclarant avoir entendu les explosions de mine en Angleterre le 1er Juillet 1916. Il y a apparemment eu confusion avec la déclaration du Premier Ministre Lloyd George, qui déclara avoir entendu la détonation des mines de Messines le 7 Juin 1917, ce qui est peu vraisemblable : il est plus probable qu’il ait entendu les salves de départ de l’artillerie.

[35] Lewis semble avoir largement surestimé la hauteur atteinte par les débris projetés par l’explosion. Cecil Lewis, Sagittarius Rising, (London, 1977), p. 89.

[36] Capitaine Herries, 22/Northumberland Fusiliers (Tyneside Scottish), cité par G. Stewart & J. Sheen, Tyneside Scottish, (Barnsley, 1999), p. 98.

[37] Lt Col E K Cordeaux, cité dans P. Bryant, Grimsby Chums: the Story of the 10th Lincolnshires in the Great War, (Hull 1990), p. 58; M. Middlebrook, The First Day on the Somme 1 July 1916, (London, 1971), p. 120.

[38] Soldat. H. Baumber cité dans P. Bryant, Grimsby Chums: the Story of the 10th Lincolnshires in the Great War, (Hull 1990), p. 56-57.

[39] Soldat non-identifié du 10ème Lincoln cité dans E. D. Swinton (ed.), Twenty Years After, Vol. 2, (London, n.d.), p.928.

[40] Informations données par M. et T. Beech, Multi-Limn Survey, communication personnelle via P. Barton

[41] J. E. Edmonds, Military Operations France and Belgium, 1916, Vol. 1 (London, 1932), pp. 375-384.

[42] R. Whitehead, The Other Side of the Wire, Vol. 1, (Solihull, 2013), Vol. 2, pp. 296-7.

[43] H.M. Hance, Weekly Mine Report, 5/7/16, 34 Division GS War Diary.

[44] Une carte de l’histoire officielle britannique montre à tort le tunnel avançant dans le cratère Lochnagar, J. E. Edmonds, Military Operations France and Belgium, 1916, Vol. 1, op. cit., Map Volume, map 8.

[45] R.N. Harvey, lettre à J. E. Edmonds, n.d. (c. 1930) CAB45/189.

[46] J. E. Edmonds, Military Operations France and Belgium, 1916, Vol. 1, op. cit. p. 382, fn.

[47] Mes remerciements à Ralph Whitehead pour avoir rassemblé et fourni ces données. Le nombre de tués ou disparus mais non prisonniers le 1er Juillet était de 35, et huit autres disparus mais non prisonniers pendant la période, soit un total de 43 hommes. Voir aussi R. Whitehead, The Other Side of the Wire, Vol. 2, (Solihull, 2013).

(c) Simon Jones. Traduction Fanette Pocentek-Leroy.


Contact Simon Jones


1st Shots Memorial Mons 1914 Simon Jones

My ‘First & Last Shots’ Battlefield Tour with The Cultural Experience, 20-23 August 2019


Isaac Rosenberg

My ‘War Poets’ Battlefield Tour with The Cultural Experience, 26-29 July 2019


 

Austrian positions Monte Sief view to Setas

Col di Lana


pan3601


Virtual Tour of La Boisselle Trenches and Tunnels


Shirebrook Miners in the Tunnelling Companies

Recently in the news in the UK owing to working conditions in a huge warehouse, at the beginning of the twentieth century Shirebrook was notorious in Derbyshire and Nottinghamshire owing to the thousands of miners drawn to its vast colliery. During the First World War, many of these miners joined specially formed Tunnelling Companies to dig deep beneath no man’s land and the German lines. I have gathered the stories below for my book on Tunnellers at La Boisselle in 1915-1916.

A large group of miners recruited from collieries around Chesterfield and Mansfield crossed to France on 23 September 1915 and many were posted to 185th Tunnelling Company. The most notorious mining centre in the region was Shirebrook which had grown rapidly after a pit was sunk in 1896 and in fifteen years the population had risen from 600 to 11,000. It gained a reputation for immorality, drunkenness and violence with the newspapers filled with reports of attacks on the police, armed poachers and closing-time fights outside the pubs.[1] John Flowers, a 37 year old miner well-known to the police and courts, appeared before magistrates on 4 September 1915 for being drunk and disorderly in Shirebrook, during which he had offered his wife for sale. Although already under a bond of good behaviour, he was let off on the condition that he enlisted. [2]

sheffield-evening-telegraph-september-4-1915

Sheffield Evening Telegraph, 4 September 1915.

Three weeks later he was at the Rouen Base Camp allotted to the 185th. Joe Cox and Tom Hodgetts, good friends in their late twenties, enlisted as Tunnellers on the same day as Flowers. Despite the chaotic picture of Shirebrook depicted in the local press, it was a comparatively small number of miners who regularly appeared before the courts. Eight years before, an encounter with one such individual had serious consequences for Joe and Tom when, one night after closing time, Hodgetts, a keen amateur boxer, agreed to fight the man. He produced a knife and stabbed Tom and Joe in the head and neck.[3]

sheffield-evening-telegraph-march-19-1907

Sheffield Evening Telegraph, 19 March 1907.

Joe and Tom survived serious injuries and it may have been this experience that moved Joe to begin organising meetings at the Pentecostal Mission.

joe-cox-and-tom-hodgettsres

Joe Cox and Tom Hodgetts, 185th Tunnelling Company photographed on the Somme in Albert. (c) Duncan Hunting

In a photograph taken in Albert in the winter of 1915-1916, Tom rests his arm on Joe’s shoulder; only one would survive the war.

derbyshire-courier-tuesday-24-april-1917

The Derbyshire Courier, 24 April 1917.

joe-cox-grave-c-duncan-huntingres

Joe Cox’s grave in Lapugnoy Military Cemetery, France. (c) Duncan Hunting.

A group of miners from the Shirebrook area would excel in driving tunnels though the hard chalk of the Somme and Vimy Ridge. In 1916 they were awarded silver medals by 185th Tunnelling Company for a record drive of 127 feet 4 inches in 120 hours, including Harry Richardson (whose name was given in the press as J. Richardson).

derbyshire-courier-october-12-1918

derbyshire-courier-october-17-1916acontr

Derbyshire Courier, 17 October 1916.

John Flowers, Tom Hodgetts and Harry Richardson survived the war but Flowers was soon in court again for drunkenness, this time blaming wartime gas poisoning for his conduct. The gas he referred to was carbon monoxide, released in large quantities in the underground galleries by the detonation of massive explosive charges. It could cause violent behaviour and permanent mental impairment.

derbyshire-courier-october-11-1919

Derbyshire Courier, 11 October 1919.

[1] Belper News, Derbyshire Courier and Nottingham Evening Post, passim.

[2] Sheffield Evening Telegraph, 4/9/1915; Belper News, 10/9/1915; Silver War Badge roll WO329/3002.

[3] Derbyshire Courier, 23/3/1907, Nottingham Evening Post, 11/4/1907, Derby Daily Telegraph, 11/4/1907.


Join me on a battlefield tour with The Cultural Experience:

04-wellington-quarries

Tunnellers 12th – 15th June 2020

Walking the Somme 29th May – 1st June 2020

Medics & Padres 30th July – 2nd August 2020

Walking Ypres Autumn 2021


Hawtrey, Young, Bullock 28 June 1916res

The Men Who Dug The Lochnagar Mine


P1110007 CropRotResEnhcrop3

Where and how did Edward Brittain die?


Edward Harrison who gave his life to protect against poison gas


Contact me

Facebook

LinkedIn